Un programme de plantation pour Hydro Paalo

dashboard

Vous n'êtes pas autorisé(e) à accéder à ce contenu.
Vous n'êtes pas autorisé(e) à accéder à ce contenu.
Vous n'êtes pas autorisé(e) à accéder à ce contenu.
img_4110.jpg
03 octobre 2019
Le saviez-vous?

Aide à la création de pépinières, formations, fourniture de plants… c’est un véritable programme de plantation qu’Hydro Paalo met en œuvre dans le cadre de son projet de centrale hydroélectrique de Paalo, à Pouebo.

Samedi 5 octobre, le district de Dihaoué, sur la commune de Pouebo, organise une plantation ouverte au public, dans le cadre de son rassemblement culturel. Hydro Paalo, la société créée pour exploiter la future centrale hydroélectrique de Paalo, porté par Enercal Energies Nouvelles, Nord Avenir et le GDPL Waja Le Jao, va offrir des jeunes plants pour cette opération. Ce geste s’intègre dans un véritable programme de plantation mis en œuvre en marge de la construction de cette centrale hydroélectrique. Pour rappel, cette centrale de 3 mégawatts va permettre de renforcer l’autonomie énergétique du pays grâce à l’augmentation de la part d’électricité produite à partir d’énergies renouvelables tout en évitant annuellement l’émission d’environ 5 200 tonnes de CO2.

Former des pépiniéristes

« Ce programme de plantation fait appel à trois pépinières de Pouebo, dont deux, installées à Wadoé et Colnett, existaient avant le projet, explique Nicolas Caze, directeur technique d’Enercal Energies Nouvelles. La troisième a été créée à Diahoué avec l’appui d’Hydro Paalo ». Hydro Paalo fourni ainsi le matériel (tunnels de culture de 110 m2, supports de culture, système d’arrosage, plaques de germination, pots conteneur) pour les pépinières de Dihaoué et Wadoé, achète les plants produits, et a fait appel à Nautilus Espaces Verts, une entreprise du Nord spécialisée dans les plantes endémiques, pour assurer la formation des pépiniéristes et le suivi des plantations. « Les pépiniéristes sont des habitants des districts de Colnett, Dihaoué et de Wadoé. En plus de la formation et l’encadrement, depuis la collecte des graines et tout au long de l’élevage des plants, Nautilus Espaces Verts fournit les moyens logistiques (grillages anti-cerfs, arrosage) et supervise la plantation et son suivi », précise Nicolas Caze.

Des plantes endémiques pour replanter des zones dégradées par le feu

Les espèces à planter ont été sélectionnées parmi les plantes endémiques, en retenant des espèces pionnières présentes naturellement dans la zone de Diahoué : Ralia, Tamanou de Montagne, Faux tamanou, Acacia noir, Bois pétrole, Barringtonia, Graine blanche, Faux figuier, Palétuvier de montagne.

Depuis décembre 2018, après installation des tunnels de culture, les plants sont mis en culture. Les plantations ont commencé le 15 septembre 2019, période favorable aux plantations pour cette région de la côte Est.

Huit hectares de zones dégradées par le feu, en altitude moyenne, vont ainsi être replantés, bénéficiant à l’avenir du rôle « pare-feu » de la piste d’accès qui a été réalisée pour le projet. Sur cette surface, des ensembles couvrant au total 3,5 ha (soit 3500 plants) ont été sélectionnés, proches de forêts humides bien conservées, avec pour objectif d’étendre la lisière de ces forêts humides.